bannière

s

Syllabaire

 On appelle syllabaire une collection de syllabes disposées clans un ordre méthodique, au moyen desquelles l'enfant, qui connaît déjà les lettres de l'alphabet, doit apprendre à grouper ces lettres en syllabes, puis à réunir les syllabes pour en former des mots. Le syllabaire a presque toujours formé une partie intégrante de l'abécédaire. Pour l'enseignement simultané, on a, dès le dix-huitième siècle, fait usage de tableaux de syllabes, Démia, dans son Règlement pour les écoles de la ville et diocèse de Lyon, indique trois formes différentes, tant pour le syllabaire que pour l'abécédaire : celle du tableau, celle du livre, et celle des dés : « On peut se servir de grandes tables (tableaux), ou cartes, ou du premier et second livre du premier alphabet, dont on peut coller les feuilles sur un petit ais propre à tenir à la main, ou à être attaché contre le mur ; on peut aussi se servir de carrés en forme de dez, où seront imprimées les lettres ou les silabes ». Dans l'Ecole paroissiale (1705), on explique que le livret qui contient l'alphabet doit renfermer aussi un syllabaire, c'est-à-dire « deux colonnes de syllabes, de toutes les lettres qui se peuvent assembler, tant avec les simples voïelles, comme ba, pa, qu'avec une liquide et une voïelle, comme bra, ola. » — Nous renvoyons à l'article Lecture pour tout ce qui concerne l'historique du syllabaire et des différentes méthodes d'épellation et de syllabation.